SNFOLC Dijon

Droit à mutation: un droit fondamental

05-communiqué snfolc mngd 2018

Le ministre a annoncé 2600 postes en moins en 2018 ! Et on voudrait nous faire croire
qu’on peut améliorer le mouvement des personnels dans ces conditions ?

FO a refusé la remise en cause des barèmes de 2017.

Le nouveau ministre rêve à voix haute d’un recrutement établissement par établissement et entérinant
le rôle des rectorats d’académie. La Cour des comptes est du même avis, elle qui
défend « des mesures nouvelles et déliées des cadres de gestion classique »

Temps de travail, calendrier scolaire, missions, rémunérations, programmes… fixés
localement tout en s’attaquant aux garanties collectives, aux droits statutaires des
personnels : c’est la logique de la loi Travail appliquée à l’Education nationale !

C’est ce que nous continuerons de combattre lors de la journée interprofessionnelle de grève et manifestations le 16
novembre.

Le SNFOLC exige de M. le ministre :
► l’ouverture massive de capacités d’accueil et leur communication dès l’ouverture du
mouvement
► le respect du droit statutaire à mutation
► l’arrêt de toutes les contre-réformes, la création de tous les postes nécessaires
► l’arrêt des mutations à l’aveugle, le retour à un véritable mouvement à gestion
nationale

31 octobre 2017

Élections professionnelles 2018

4 clics pour vos revendications, 4 clics pour reconquérir vos droits

Stages 2018-2019

Pour défendre ses droits, mieux vaut les connaître !

Bulletin d’adhésion 2018

Les bulletins de cotisation 2018 des 4 départements